PUBLICITE


 
Politique

VIDÉO. Rahabi « je ne pense pas qu’il y a une solution politique à la crise sans dialogue »

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Abdelaziz Rahabi ne voit pas de solution politique à la crise que traverse le pays en dehors du dialogue. « La problématique du dialogue entre les forces politiques et le pouvoir est une idée qui est née au siège du RCD. Posons la question du dialogue. Qui l’a demandé ? C’est l’opposition. En 2014 durant Mazafran 1, en 2016 durant Mazafran 2 et en 2019 à Aïn Benian. On a demandé le dialogue, comme moyen civilisé, pour sortir de la crise », a indiqué d’emblée l’ancien ministre de la Communication dans son intervention à l’ouverture des assises des forces de l’alternative démocratique ce samedi 25 janvier.

Lire aussi : Abdelaziz Rahabi : « l’arrestation et l’emprisonnement de l’opposant Karim Tabbou est un acte inacceptable « 

« En 2016, les (participants) à Mazafran ont proposé à l’Etat un accord politique global pour sortir de la crise de façon consensuelle. Je ne pense pas qu’il y a une solution politique sans dialogue mais un dialogue global », a-t-il ajouté. M. Rahabi rappelle les différentes initiatives lancées par la classe politique et évoque des « signaux qui ne sont toujours pas clairs concernant une initiative du pouvoir ». « Comment arriver à  un accord politique global ? Comment concilier les initiatives lancées ? Comment trouver une solution politique à une crise qui, si elle durera dans le temps, va anéantir toutes nos ambitions politiques ? », s’est-il interrogé.

Lire aussi : Rahabi critique les arrestations des manifestants et évoque un « virage dangereux »

Abdelaziz Rahabi dit qu’il fait partie de « ceux qui croient au dialogue ». Mais « celui-ci a des règles d’éthique, des conditions et un plafond mis en place par le Hirak », a-t-il précisé. L’ancien ministre pense « qu’on a raté un rendez-vous historique avec la démocratie en tenant l’élection dans le contexte dans lequel elle a été organisée ». « Le réalisme est qu’on cherche tous, opposition et pouvoir, (une solution) pour sortir de l’impasse politique », a-t-il dit. Et de conclure : « même si on n’a pas de responsabilité dans l’impasse, nous avons une responsabilité dans la sortie de l’impasse. On a toujours une responsabilité dans la recherche d’une solution pour sortir de la crise ».

Lire aussi : Pressions sur les médias : Abdelaziz Rahabi dénonce des mesures « inacceptables »

À partir de 2h23.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités