PUBLICITE


 
Videos

VIDÉO. Déconfinement – Benbouzid : « il appartient à la population de s’auto-discipliner »

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le ministre de la Santé a appelé, une nouvelle fois, ce lundi 11 mai, les Algériens à respecter les recommandations pour faire face à la propagation du coronavirus et notamment le port de masque. « Nous ne pouvons absolument rien faire si la population ne suit pas les recommandations parce que ce virus est au sein des population et pas dans les hôpitaux, (…), la meilleure des précautions c’est essentiellement le masque », a-t-il indiqué lors d’un point de presse organisé en marge de sa visite à Médéa. « Je suis certain que si tout le monde porte un masque, on va réduire ou peut être on va éliminer totalement la propagation du virus », a-t-il assuré.

Lire aussi : Coronavirus : le port du masque obligatoire pour les patrons et employés des locaux commerciaux

Abderrahmane Benbouzid rappelle que chaque Algérien peut confectionner un masque à la maison. « Vous allez me dire qu’on ne trouve pas de masque, effectivement nous importons les masques et nous avons importé des dizaines de millions de masques, nous les distribuons essentiellement au secteur de la santé et à d’autres secteurs. Nous allons distribuer des millions aux officines pour que les citoyens puissent en acheter. Mais ça suffira point parce que c’est importé (…). Toutes les épouses et toutes les femmes peuvent faire des masques », a-t-il insisté avant de lancer un appel pour que les Algériens se mettent à « fabriquer des masques à la maison ».

« N’attendons pas l’obligation du port de masques, soyons tous conscients, la situation risque d’être grave, la situation n’est pas pour autant réglée. Habituons nous à mettre les masques, c’est la même chose que la ceinture de sécurité, c’est le seul moyen (de protection) pour le moment », a-t-il affirmé. Selon lui, le « déconfinement est une mesure qui relève du gouvernement et elle liée à l’évolution de la situation ». « Je le proposerai lorsque le nombre de personnes positives sera réduit à un nombre qui n’inquiète plus et lorsque le taux de mortalité s’approchera du zéro », précise-t-il.

Pour lui, il « appartient à la population de prendre conscience du danger, de s’auto-discipliner et d’exécuter les mesures qui sont dans son intérêt. Cette situation n’est pas propre à l’Algérie, elle n’est née ici. Des systèmes développés avec plus de moyens souffrent », conclut-il.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités