PUBLICITE


 
Economie

Situation de l’Eniem : l’APW de Tizi Ouzou évoque un « crime économique » et dénonce le « laxisme » des pouvoirs publics

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

L’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou est revenue, ce lundi 22 juillet, sur le blocage que vit actuellement l’Eniem « en dénonçant énergiquement le laxisme et l’inaction des pouvoirs publics et des autorités concernées ». « Le Président de l’APW de Tizi-Ouzou M. Youcef Aouchiche a reçu aujourd’hui, le 22 juillet 2019 M. Djilali Mouazer P-DG de l’Entreprise Nationale des Industries de l’Electroménager (ENIEM) pour faire un point sur la situation de blocage que vit l’entreprise », écrit l’assemblée dans un communiqué signé par son président.

« Le blocage des ses crédits d’exploitation et d’approvisionnement par la banque depuis le début de l’année, aggravé récemment par un blocage des autorisations d’importation des matières premières a paralysé complètement sa production et anticipé par voie de conséquence des départs en congés de plus d’un millier de travailleurs », ajoute la même source. Selon elle, l’entreprise « se retrouve pratiquement dans une situation du chômage technique ».

« Pis encore, cette situation peut provoquer à très court terme la fermeture complète de l’entreprise et mettre au chômage 1735 ouvriers », poursuit l’APW qui évoque un « crime économique et social ». « L’APW de Tizi-Ouzou exprime son soutien et son entière solidarité avec la direction de l’ENIEM et ses ouvriers et dénonce énergiquement le laxisme et l’inaction des pouvoirs publics et des autorités concernées », assure-t-elle.

L’APW de Tizi-Ouzou estime que la « préservation des emplois et des entreprises publiques économiques est une ligne rouge à ne pas franchir et n’acceptera jamais de faire payer au peuple et aux ouvriers les conséquences désastreuses d’une gestion mafieuse de l’économie nationale ». Elle « lance un appel urgent à toutes les parties concernées notamment la banque de domiciliation pour débloquer la situation de l’entreprise qui dispose d’ailleurs d’un carnet de commandes qui avoisine les 200 milliards de centimes ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *