Scroll to Top
Said Sadi: la mort de Kamel Eddine Fekhar « n’est ni un accident ni un hasard »
Posted by Admin on 28th mai 2019
| 3403 views

« Le docteur Kamal Eddine Fekhar vient de décéder à la suite d’une longue grève de la faim déclenchée après une autre arrestation arbitraire. Lui dont la mission fut de protéger la vie a été privé de la sienne », écrit d’emblée Said Sadi en réaction au décès du militant des droits de l’homme. « Fier de son ibadité, intransigeant sur ses convictions démocratiques, il s’est toujours interdit le confort des demi-mesures. Il était l’un des symboles de l’Algérie plurielle et fraternelle qui se dessine aujourd’hui et qu’il ne connaîtra pas », ajoute-t-il.

La mort de Kamel Eddine Fekhar « nous révolte et nous interpelle tous », assure l’ancien président du RCD. « D’abord par ce qu’elle met brutalement fin à l’existence d’un citoyen qui ne demandait qu’à s’exprimer librement et pacifiquement dans son pays pour se mettre au service de la collectivité; ensuite parce que cette tragique disparition nous rappelle qu’en Algérie aussi des femmes et des hommes qui ne sont pas les plus démunis socialement acceptent de se mettre en danger pour l’honneur et la justice », poursuit-il.

Pour lui, la vie du militant « comme son terme sont des messages forts ». « Il a préféré la mort digne à la vie de soumission à laquelle on voulait l’assigner entre deux arrestations. Le docteur Fekhar a été empêché de vivre au moment où il pouvait encore tant apporter à sa communauté et au pays auxquels il a dédié sa vie. Sa mort n’est ni un accident ni un hasard. Il faudra se rappeler qu’elle est la conséquence d’une gestion inique et archaïque qui a déjà fait trop de victimes innocentes et qui ne manquera pas d’en faire encore si elle venait à se perpétuer », affirme Said Sadi.

« C’est parce que des hommes comme le docteur Fekkhar se sont levés les mains nues contre l’arbitraire que des jeunes ont pu trouver matière à se battre pour leur avenir. Plus qu’un militant dévoué, le docteur Fekhar restera comme un repère dans le long et douloureux combat démocratique national », conclut-il.