PUBLICITE


 
Société

Retour au confinement en Algérie ? La réponse du ministre de la Santé

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le ministre de la Santé a été interrogé, ce dimanche 18 octobre, sur un éventuel retour au confinement avec plus de 200 nouveaux cas de coronavirus quotidiens. « Rien n’est écarté mais il ne faut susciter à nouveau la panique (…). On ne va pas dire que nous allons de nouveau reconfiner », a indiqué Abderrahmane Benbouzid sur les ondes de la radio nationale.

« Regardez ce qui se passe en France où des métropoles sont confinées. C’est le schéma adoptable partout. Si ça reprend, on reprend, sinon on reste comme on est tout en maintenant la garde », a-t-il ajouté. Selon lui, « nous sommes toujours dans une situation tout à fait admissible pour les épidémiologistes » avec plus de 200 cas par jour. « Nous n’en sommes pas à des milliers de cas avec des foyers très denses et graves ! « , a-t-il relativisé.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : plus de 200 nouveaux cas en 24 heures (bilan)

Une deuxième vague?

Pour le ministre de la Santé, la hausse des contaminations enregistrée ces derniers jours ne signifiait pas qu’ « il y aura une seconde vague » de l’épidémie. « C’est trop tôt pour l’affirmer, la courbe est en train d’évoluer en dents de scie, et c’est cela les courbes des épidémies ! », a-t-il explicité.

Abderrahmane Benbouzid s’est félicité de « la tendance baissière et des chiffres satisfaisants » constatés récemment. Il a toutefois insisté sur l’importance de « préserver cet acquis qui a fait de l’Algérie l’un des pays ayant réussi à maintenir cet état ». Dans son intervention, il a appelé une nouvelle fois la population à « la prudence » en s’en tenant aux mesures barrières, « en particulier le port du masque ».

Lire aussi : Coronavirus : les mesures draconiennes de l’Europe face à la deuxième vague

« Le virus est mondial et a coûté la vie à des dizaines de milliers d’individus. Le risque est permanent et le relâchement est dans la nature humaine lorsqu’on croit que l’ennemi a baissé la garde. D’où le risque de développement, de temps à autres, de foyers qui vont éclore ! « , a-t-il averti, citant les cas des wilayas de Sétif, Batna et Alger.

Le ministre de la Santé a écarté un éventuel report de la rentrée scolaire. Il « faut bien reprendre et cohabiter avec ce virus, tout en maintenant la garde », a-t-il estimé avant d’insister sur « le respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires ».

Lire aussi : Coronavirus : un sénateur plaide pour le report de la rentrée scolaire

« Nous dépistons suffisamment »

Abderrahmane Benbouzid a assuré que l’Algérie a acquis une certaine expérience. « Nous étions désarmés au début de l’épidémie, mais avons acquis une certaine expérience par la suite en développant des réflexes », a-t-il affirmé. Il a également rassuré quant à la disponibilité des « stocks » de traitements et de tests, tout en précisant qu’ « aucun pays au monde » ne procède au dépistage de la totalité de sa population.

Et d’ajouter : « En Algérie, nous dépistons suffisamment et, contrairement au début de la pandémie, ne viennent généralement aux hôpitaux que les malades présentant une symptomatologie et n’y sont hospitalisés que ceux présentant des risques d’aggravation ».

Lire aussi : Coronavirus – OMS : il faut pas s’attendre à une vaccination généralisée avant mi-2021

Le Pr Benbouzid a tenu, enfin, à mettre en garde la population quant à des « conditions favorables » à la propagation du virus avec l’entame de la saison automnale et l’arrivée du froid. De même que le risque de « confusion » avec la grippe saisonnière, en perspective de laquelle « tout est prêt pour le lancement de la campagne de vaccination », a-t-il assuré.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités