PUBLICITE


 
Politique

Procès à distance par visioconférence : le barreau d’Alger s’inquiète

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

L’élargissement de la technique de procès à distance par visioconférence avec annulation de l’accord de l’accusé au domaine pénal suscite l »inquiétude du barreau d’Alger. Mercredi 16 septembre, des avocats ont soulevé le problème lors du procès en appel de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout qui a été finalement reporté.

« Cette ordonnance est anticonstitutionnelle. Elle touche au droits fondamentaux des justiciables et des droits de la défense. La présence de la personne est toute autre que ce qu’on voit au fond d’un écran. Cela porte un grave préjudice et ça enlève le côté du procès équitable », indique à l-info.com, Me Abdelmadjid Sellini, bâtonnier d’Alger.

Lire aussi : Haddad transféré à la prison de Tazoult à Batna, Tahkout transféré à celle de Babar à Khenchela

« Par visioconférence, le prévenu ne peut voir que le président d’audience. On ne peut pas priver n’importe quel citoyen  de s’exprimer, d’être présent et de se défendre. Il s’agit de la qeestion du procès équitable. Chaque justiciable doit pouvoir jouir de tous les moyens pour se défendre », poursuit-il.

« Si certains doivent être condamnés, ils le seront comme tous les justiciables. Ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité, on leur a permis de comparaître devant les tribunaux ou devant les cours et on les a jugés normalement », estime le bâtonnier.

Dans l’après-midi de ce samedi 19 septembre, le conseil de l’ordre des avocats d’Alger a tenu une réunion pour débattre de plusieurs questions dont celle liée à l’élargissement de la technique de procès à distance par visioconférence avec annulation de l’accord de l’accusé au domaine pénal.

Lire aussi : Affaire de Ali Haddad : le procès en appel reporté

Cette réunion s’est tenue à la veille du procès en appel de l’homme d’affaires et ex-président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, à la cour d’Alger. Ce dernier a été transféré, en août, de la prison d’El Harrach (Alger) vers celle de Tazoult (Batna). Il devrait donc comparaître par visioconférence.

Aucune action n’a été décidée concernant ce procès en appel. Selon nos sources, les avocats devraient seulement introduire une requête de vice de forme pour contester la constitutionnalité de l’ordonnance portant élargissement la technique de procès à distance par visioconférence avec annulation de l’accord de l’accusé.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités