PUBLICITE


 
Politique

Mohcine Belabbas : « l’option qui consiste à réduire la crise à de nouvelles élections présidentielles est la pire »

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a réaffirmé, ce samedi 6 juillet, son opposition à l’organisation d’une élection présidentielle sans passer par une transition démocratique. « L’option qui consiste à réduire la crise à de nouvelles élections présidentielles est la pire. Elle est le corollaire direct de l’instrumentalisation de l’appareil administratif, sécuritaire et judicaire. C’est la politique qui est en cours », a déclaré Mohcine Belabbas dans un discours prononcé à l’ouverture de la réunion du conseil national de son parti.

« Ceux qui, aujourd’hui, réduisent le contenu de ce sursaut révolutionnaire au départ et au jugement de quelques figures du système politique qui a confisqué la victoire de la nation contre le colonialisme, le font par calcul », assure le président du RCD. « Quelques semaines après de grandioses démonstrations unitaires de rue, l’état-major de l’armée s’est rangé par opportunisme du côté du mouvement populaire pour exiger la démission de Bouteflika », ajoute-t-il.

Mohcine Belabbas revient sur les affaires de corruption traitées actuellement par la justice. « L’unique but de ce « nettoyage » par le biais de la récupération de l’appareil judiciaire est de baliser la voie pour les militaires afin d’installer une nouvelle potiche au niveau de la présidence de la République », affirme-t-il. Selon lui, la « répression qui s’abat ouvertement aujourd’hui contre des composantes du soulèvement touche avant tout les défenseurs de l’option démocratique et progressiste ».

« Vous me diriez que la disponibilité exprimée par les forces conservatrices et du repli sur soi pour se mettre sous la protection de l’armée les préservent de la furie du pouvoir de fait en abdiquant avant de livrer bataille. C’est en partie vrai, mais en partie seulement. Dans les faits, le logiciel politico-idéologique du pouvoir et des sphères bazaris de tous bords qui ont émergé sous l’aile du règne du président déchu est le même », poursuit le président du RCD.

Mohcine Belabbas rappelle que son parti est « sans doute le seul » à « avoir rendu publique une démarche de transition avec des mécanismes et un timing ». « Bien évidement, cette proposition est soumise à débat. Nous avons aussi milité pour un regroupement plus large autour de la nécessité d’une transition. L’objectif pour nous est de jeter les bases de la construction d’un Etat de droit démocratique, les mécanismes et leurs articulations doivent être discutés pour arriver au consensus nécessaire », indique-t-il.

Cependant, aucune initiative « ne peut aboutir » avant la libération des détenus d’opinions selon lui. « Une chose est sûre : aucune initiative de sortie de crise ne peut aboutir si des détenus d’opinion croupissent en prison, si la liberté de l’activité politique publique n’est pas garantie, si les entraves faites aux manifestations et à la liberté de circulation ne sont pas levées », insiste le président du RCD.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *