PUBLICITE


 
Politique

Macron assure qu’il ferait « tout » pour aider le président Tebboune « dans cette période de transition »

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le président français, Emmanuel Macron, a salué, ce vendredi 20 novembre, le courage du président Abdelmadjid Tebboune. Le chef d’Etat français a également assuré qu’il ferait « tout  pour « l’aider » afin que « la transition réussisse » en Algérie.

« Je vous le dis franchement: je ferai tout ce qui est en mon possible pour aider le président Tebboune dans cette période de transition. Il est courageux », déclare le chef de l’Etat. Mais, ajoute-t-il, « on ne change pas un pays, des institutions et des structures de pouvoir en quelques mois ».

« Il y a eu un mouvement révolutionnaire, qui est toujours là, sous une forme différente. Il y a aussi une volonté de stabilité, en particulier dans la part la plus rurale de l’Algérie. Il faut tout faire pour que cette transition réussisse. Mais il y a un facteur temps important », explique Emmanuel Macron, interrogé sur le mouvement de contestation populaire « Hirak ».

« Il y a aussi des choses qui ne sont pas dans nos standards et que nous aimerions voir évoluer », précise-t-il, sans détailler. Il affirme avoir, « à chaque fois, un dialogue de vérité avec le président » mais « je ne suis jamais dans l’invective ni dans la posture du donneur de leçon. L’Algérie est un grand pays. L’Afrique ne peut pas réussir sans que l’Algérie réussisse ».

La « France a fait énormément de gestes »

Interrogé sur son attitude vis-à-vis du « défi mémoriel » posé par la guerre d’Algérie, Emmanuel Macron affirme que « la France a fait énormément de gestes » et que l’important est de « mener un travail historique et réconcilier les mémoires » plutôt que de « s’excuser ».

« Au fond, nous nous sommes enfermés dans une espèce de balancier entre deux postures: l’excuse et la repentance d’une part, le déni et la fierté de l’autre. Moi, j’ai envie d’être dans la vérité et la réconciliation, et le président Tebboune a exprimé sa volonté de faire de même », ajoute-t-il, en rappelant que l’historien Benjamin Stora doit lui remettre en décembre un rapport sur cette question.

Lire aussi : Entretien téléphonique entre Tebboune et Macron

« Avec les terroriste, on ne discute pas »

Dans un autre chapitre, le président français a affirmé l’opposition complète de la France, engagée militairement au Sahel, à toute négociation avec les jihadistes, alors que ce sujet fait débat dans la région, notamment au Mali. « Avec les terroristes, on ne discute pas. On combat », a-t-il lancé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités