fbpx


PUBLICITE


 
Politique

Le général Wassini Bouazza condamné à une lourde peine de prison (actualisé)


Warning: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/linfoc74/public_html/wp-content/themes/info_theme/single.php on line 65

Justice

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Google Actualités. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant ici.

 

Actualisé à 21h45. Le tribunal militaire de Blida a condamné, dans la soirée de ce jeudi, le général Wassini Bouazza à 16 ans de prison ferme.

« Quatre autres peines, deux de 14 ans et deux autres de 15 ans, ont été prononcées contre les autres accusés », rapporte le quotidien El Watan.

Selon la même source, treize officiers « convoqués comme témoins ont vu leur statut basculer vers celui d’accusés placés en détention ». 

 

Le procureur près le tribunal militaire de Blida a requis, ce mercredi 1er avril, une peine de 20 ans de prison ferme à l’encontre de l’ex-directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), le général Wassini Bouazza. C’est ce qu’a rapporté nos confrères de Tariqnews.

Le procès du général Wassini Bouazza s’est ouvert le 30 mars devant le tribunal militaire de Blida. Le procureur a requis la même peine à l’encontre de deux autres officiers jugés avec lui.

Il s’agit notamment de l’ancien chef de la sécurit intérieure pour Alger, le colonel Aït Amara, dit Yacine. Ils sont poursuivis pour « non-respect des consignes militaires », « trafic d’influence », « enrichissement illicite » et « entrave  au travail de la justice ».

Le général Wassini Bouazza a déjà été condamné en 2020 à huit ans de prison ferme. Il était poursuivi pour « faux et usage de faux », « atteinte à corps constitué », « détention d’arme à feu et de munition de type 4 ». La cour d’appel criminelle militaire de Blida a confirmé, quatre mois plus tard, ce jugement, selon El Watan.

Lire aussi : Le général Wassini Bouazza et deux autres officiers comparaîtront devant le tribunal militaire le 30 mars

Le désormais ancien homme fort des services de renseignements est également poursuivi dans le cadre d’un troisième dossier, selon El Watan. Ce dernier est toujours en instruction.

Il s’agit d’interférence « dans le processus de l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 en jouant la carte de l’ex-ministre de la Culture Azzedine Mihoubi au détriment des autres candidats », avait précisé la même source.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités