fbpx


PUBLICITE


 
Société

Affaire de l’islamologue Saïd Djabelkheir : le verdict prévu le 22 avril (actualisé)


Warning: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/linfoc74/public_html/wp-content/themes/info_theme/single.php on line 65

Saïd Djabelkheir

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Google Actualités. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant ici.

Actualisé à 20h01. Le verdict sera rendu le 22 avril prochain, selon le CNLD.

Actualisé à 16h45. Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a requis l’application de la loi. C’est ce qu’a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (NDLR).

Le procès du chercheur et de l’islamologue, Saïd Djabelkheir, poursuivi pour offense à l’islam, s’est ouvert, ce jeudi 1er avril, devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

M. Djabelkheir, chercheur âgé de 53 ans, est accusé par sept avocats et un autre universitaire d' »offense aux préceptes de l’islam ».

Diplômé en sciences islamiques, auteur de deux ouvrages traitant de la religion, M. Djabelkheir considère qu’il est « accusé par des personnes qui n’ont aucune compétence en matière de religion ».

L’universitaire affirme qu’on lui reproche d’avoir rappelé que le sacrifice du mouton a préexisté à l’avènement de l’islam. Selon lui, on lui reproche aussi d’avoir critiqué certaines pratiques comme le mariage précoce des jeunes filles dans certaines sociétés musulmanes.

Sur les réseaux sociaux, ses détracteurs lui reprochent d’avoir dénigré des versets du Coran et des piliers de l’islam comme le pèlerinage à La Mecque.

Spécialiste du soufisme, un courant mystique et ésotérique de l’islam, il estime que ses propos ont été « intentionnellement mal interprétés dans le but de (lui) nuire ».

La loi punit de trois à cinq ans d’emprisonnement et/ou d’une amende  « quiconque offense le Prophète ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’islam, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités