fbpx


PUBLICITE


 
Politique

Législatives anticipées : le PT boycotte (vidéo)


Warning: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/linfoc74/public_html/wp-content/themes/info_theme/single.php on line 65

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Google Actualités. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant ici.

Le Parti des travailleurs (PT) ne participera pas aux élections législatives anticipées prévues le 12 juin prochain. C’est la secrétaire générale du parti, Louisa Hanoune, qui a annoncé, ce lundi 15 mars, la décision du comité central. Celle-ci est « stratégique et non tactique », selon elle.

« Non et non, les prochaines législatives ne constitueront pas l’amorce du démantèlement du système obsolète, hérité du modèle de parti unique et contre lequel la majorité du peuple s’est révolté et s’est soulevé », indique le PT.

« Bien au contraire, poursuit le texte, ces élections font partie d’un processus électoral qui a été imposé au peuple au lendemain de la démission de Abdelaziz Bouteflika, et ce pour sauver le système et imposer son maintien », ajoute la même source.

Pour lui, ce scrutin « ne résoudra pas les problèmes socio-économiques qui étranglent la majorité » et « ne corrigera pas les politiques antisociales et antipopulaires que le gouvernement met en œuvre ».

Lire aussi : Législatives : le président Tebboune convoque le corps électoral

« Code électoral extrêmement dangereux »

Le PT rappelle que « celui-ci a annoncé sa détermination à poursuivre cette même politique et à l’approfondir ». « Par conséquent, ces élections ne permettront même pas l’adoucissement et encore moins l’arrêt de la souffrance de la majorité du peuple épuisé », assure-t-il.

Le parti estime également que ces « élections ne renforceront pas la démocratie ». Il évoque le « code électoral extrêmement dangereux » et « un dispositif politique tout autant dangereux que le pouvoir a mis en place pour caporaliser les institutions élues via une société civile fabriquée ».

Selon lui, le prochain scrutin porte « l’étranglement du multipartisme et de l’indépendance des syndicats et des associations » pour la « mise en place d’un système totalitaire » et « la légalisation de la corruption politique et sa généralisation ».

Lire aussi : Législatives : un changement profond du gouvernement prévu après les élections

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités