fbpx


PUBLICITE


 
Politique

Incarcération d’un avocat à Tébessa : les audiences boycottées, rassemblement à Alger


Warning: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/linfoc74/public_html/wp-content/themes/info_theme/single.php on line 65

Avocats

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Google Actualités. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant ici.

 

Les avocats boycottent, ce lundi 7 juin, les audiences pour protester contre l’incarcération de Me Arslane Abderaouf, avocat au barreau de Tébessa. Membre du collectif de défense des détenus d’opinion, ce dernier a été placé sous mandat de dépôt le 26 mai. 

Me Arslane Abderaouf est poursuivi notamment pour « adhésion au mouvement Rachad », classé récemment comme organisation terroriste. L’action a été décidée par l’Union nationale des ordres des avocats (Unoa) samedi dernier. 

Lire aussi : Incarcération d’un avocat à Tébessa : l’Unoa annonce une grève nationale le 7 juin

Dans son communiqué, l’Unoa précise que le bâtonnier de Tébessa a présenté un rapport détaillé concernant l’affaire de leur confrère lors d’une réunion du conseil. Ce dossier conclut  « à l’inexistence de preuves ou de présomption même minime de son adhésion à une organisation terroriste ».

L’Union a estimé ainsi que l’emprisonnement de Me Arslane Abderaouf « n’a aucune justification dès lors qu’il présente toutes les garanties pour se présenter devant la justice ». Dans la capitale, des avocats ont également tenu un rassemblement au niveau de la cour. 

« Les avocats en colère »

« Nous sommes tous Areslane Abderraouf », « El mouhami la youhan, el houria li Areslane (On n’humilie pas un avocat, liberté à Areslane », « non à l’atteinte à l’article 24 », « l’immunité de l’avocat est une ligne rouge », « Les avocats en colère », lit-on sur leurs pancartes. 

Dans son communiqué, l’Unoa a aussi annoncé son « soutien total » au barreau de Tébessa. L’organisation  a également regretté la « lecture erronée » du dossier par le procureur général près la cour de Tébessa lors d’une conférence de presse.

Selon elle, le magistrat « a enfreint le secret de l’instruction et la présomption d’innocence ». L’Unoa a précisé que la session du Conseil reste ouverte pour suivre les développements dans ce dossier et pour pouvoir prendre d’autres mesures idoines.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités