PUBLICITE


 
Consommation

Impact de la hausse des prix du carburant : le président de l’ANCA rassure

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

La Loi de finances complémentaire 2020 est entrée en vigueur. Publié jeudi au Journal officiel (JO), le texte prévoit de nouvelles augmentations des prix du carburant « à raison +3 DA/L pour les trois (03) catégories d’essence et +5 DA/L pour Gas-Oil ».

« Ainsi, les nouveaux prix des carburants sont comme suit : essence Normal : 43.71 DA (+4.76 DA) ; essence Super 45.97 DA (+4 DA) ; essence Sans Plomb : 45.62 DA (+4 DA) ; gas-oil (Mazout) : 29.01 DA (+5.95 DA), GPL : sans changement (09 DA) », selon cette loi.

Lire aussi : LFC 2020 : l’augmentation des prix des carburants réduira leur gaspillage selon Raouya

Le président de l’Association de protection du consommateur et de son environnement (Apoce) avait prévenu : « cette hausse des prix du carburant aura certainement un impact sur les autres activités ». Mustapha Zebdi avait évoqué l’augmentation du prix du transport et des prix des produits et services.

Aujourd’hui, le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) le confirme. « Avant même le vote du projet de loi par le Parlement, des distributeurs et des producteurs ont précisé que s’il y aurait une augmentation des prix du carburant, les prix de leurs produits connaîtront une hausse », avance Tahar Boulnouar.

Lire aussi : LFC 2020 – Hausse des prix du carburant : les appréhensions de l’association de protection des consommateurs

Ce dernier affirme que « tous les secteurs seront touchés parce qu’il n’y a pas de marchandise qui ne se transporte pas ». « Donc automatiquement, il y aura des augmentations des prix (des produits) », assure-t-il. Celles-ci ne seront, toutefois, « pas trop élevées », rassure M. Boulenouar.

Selon lui, ces augmentations des prix des produits devraient intervenir dans un ou deux mois. « Il y a cependant des gens qui profitent. On se souvient des opérateurs qui ont augmenté il y a quelques années leurs prix au mois de novembre en évoquant les nouvelles taxes d’une loi de finances qui devaient entrer en vigueur en janvier », regrette-t-il.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités