PUBLICITE


 
Politique

Gaïd Salah: la « priorité aujourd’hui consiste à accélérer l’élection d’un Président de la République »

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, a réaffirmé, ce lundi 17 juin, l’attachement de l’institution militaire aux « solutions légales et constitutionnelles pour résoudre la crise que traverse l’Algérie ». Pour le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’armée, l’élection d’un nouveau président est une « priorité ».

« Nous avons affirmé à maintes reprises que les clés de sortie de cette crise se trouvent entre les mains de ceux qui nourrissent en eux-mêmes la vertu de l’altruisme, soit le rejet de tout égoïsme,  qu’il soit centré sur une personne, un parti ou autre, en faisant prévaloir l’intérêt de l’Algérie au-dessus de tout autre intérêt. Et il est évident que la clé la plus importante est précisément la voie du dialogue entre tous les acteurs sérieux et sincères », a-t-il indiqué.

« Nous ne nous lasserons jamais de dire que la priorité aujourd’hui consiste à accélérer l’élection d’un Président de la République dans les délais possibles constitutionnellement et acceptables dans le temps. Ces délais ont atteint aujourd’hui leur limite et il appartient aux Algériens fidèles à leur patrie de trouver maintenant, la voie la plus efficace pour y aboutir », a-t-il ajouté.

Ahmed Gaïd Salah critiquent ceux qui s’opposent à l’organisation d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais. « L’organisation des élections présidentielles dans les brefs délais et dans les meilleures conditions de transparence et de crédibilité constitue un élément fondamental que requiert la véritable démocratie à laquelle ne croient pas, malheureusement, certains adeptes de la surenchère politique et idéologique qui considèrent les élections comme un choix plutôt qu’une nécessité », estime-t-il.

Selon lui, il appartient au peuple de f »aire attention et prendre ses gardes de certaines personnes et entités qui continuent à faire montre d’une opposition fondée uniquement sur le dénigrement d’autrui ou la formulation de nouvelles revendications et de propositions qui ne sont guère adéquates voire pas du tout objectives, qui s’inscrivent dans le cadre des pratiques non constructives tendant sciemment à faire perdurer la crise que nous confrontons ».

Le chef d’état-major est revenu sur les enquêtes en cours contre la corruption en réaffirmant la « détermination de l’institution militaire à accompagner la justice, avec une ferme conviction et un sens élevé du devoir, ainsi que de la protéger. Pour lui, il s’agit de permettre à la justice « d’exécuter convenablement ses missions et s’acquitter judicieusement de son rôle de moralisateur, en déterrant tous les dossiers et en les traitant en toute équité quelles que soient les circonstances, de façon à faire comparaître devant la justice tous les corrompus quels que soient leur fonction ou leur rang social ».

« Partant du fait que la lutte contre la corruption n’admet aucune limite et qu’aucune exception ne sera faite à quiconque, cette voie sera celle que l’institution militaire veillera à entreprendre avec détermination, posant ainsi les jalons de l’affranchissement de l’Algérie du vice de la corruption et des corrupteurs avant la tenue des prochaines élections présidentielles », a-t-il assuré.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités