PUBLICITE


 
Communiqué de presse

« Face au Coronavirus, les priorités doivent changer pour tous les Algériens » (communiqué)

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Communiqué du Collectif de la société civile pour la transition démocratique : 

« La pandémie du coronavirus se développe de manière dangereuse dans la zone euro-méditerranéenne. Ses conséquences sont ravageuses sur la santé des populations et sur l’organisation des sociétés humaines. La diffusion du coronavirus est au seuil de sa courbe exponentielle en Algérie. Cela signifie que la situation algérienne ressemblera à celle de l’Iran, de l’Italie, de la France et de l’Espagne dans trois semaines si rien de conséquent n’est fait pas les autorités algériennes. Face à cette menace létale pour les populations, que fait le pouvoir algérien ?

Lirei aussi : Coronavirus : 60 cas confirmés en Algérie

1- Il tient un discours irresponsable sur la dangerosité de la pandémie : encourager les marches sous réserve de précaution et compter sur la chaleur pour faire reculer le virus.

2- Il cache la vérité aux Algériens : le pays détient le taux de mortalité le plus élevé au monde (décès/contaminations), car le nombre de cas réel serait environ 80 fois supérieur aux chiffres officiels (moyenne mondiale pondérée).

3- Il nie le déficit colossal en capacité de prise en charge (test, lit en réanimation, appareils respiratoires) pour faire face au pic de l’épidémie.

4- Il ne mobilise pas les moyens de sensibilisation à l’échelle du pays sur le risque contagieux

5- Il dédaigne l’expérience des pays qui sont passés du stade 1 au stade 3 en moins de 2 semaines.

6- Il n’a pris aucune mesure de confinement des foyers infectés.

Lire aussi :

 

Résultat : des millions d’Algériens vaquent à leurs occupations dans les villes, les marchés, les agoras, les mosquées, les restaurants, les cafés et bars, les salles des fêtes ou de sport, les transports publics…

Agir contre le virus pas contre le Hirak:

Le collectif appelle les autorités algériennes à assumer leurs responsabilités dans la construction de la réponse de la nation à cette menace. Cela implique :
– Prendre sans délais les mesures de confinement, de sensibilisation et d’approvisionnement en moyens de protection
– Cesser de vouloir tirer profit de cette crise, et stopper la propagande qui imputer la responsabilité du risque de dissémination du virus aux seules marches du Hirak
– Incarner l’exemplarité. Les milliers de policiers confinés dans les fourgons, puis lancés dans la répression contre les manifestants et manifestantes pacifiques, accroissent le risque de contamination.

Lire aussi : Coronavirus : suspension des audiences des tribunaux criminels et correctionnels

La part du Hirak:

Face à autant de légèreté dans la prise en charge de la menace du Coronavirus, sur fond d’un déficit de confiance envers les pouvoirs publics, les Algériens se prennent en charge. Le mouvement populaire du 22 février portera sa part de responsabilité, non comparable à celle des pouvoirs publics, pour faire face à la crise sanitaire sans précédent.

Les manifestants doivent considérer sérieusement le risque sanitaire qu’ils font encourir à eux mêmes, à leurs proches et aux personnes vulnérables, en maintenant les grandes marches populaires. C’est dans ce sens que la suspension des marches, à titre provisoire, est souhaitée par beaucoup d’activistes et d’acteurs du Hirak.

Mais la fermeture de l’espace public et la suspension temporaire des rassemblements publics pour cause d’urgence sanitaire ne suffisent pas, elles appellent à plus de vigilance et d’engagement de l’ensemble des acteurs nationaux, des autorités publiques et sanitaires en premier lieu.

Dans les prochaines semaines, la priorité du Hirak sera la solidarité nationale pour sauver le maximum de vies. Il assumera sa part de cette solidarité sous les formes innovantes qu’il a pris l’habitude de créer devant chaque épreuve.

C’est pourquoi, notre collectif, partie prenante du Hirak, agira pour préserver la dynamique populaire sans l’exposer au risque contagieux inhérent aux marches. Il invite les hirakistes à remplacer temporairement les manifestations par des initiatives citoyennes, telles que :

– Poursuite de l’expression sous d’autres formes que les marches, des revendications du Hirak, de la solidarité avec les détenus,… le génie populaire surprendra encore.

– Opérations de sensibilisation, de prévention contre le virus et de solidarité nationale ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités