PUBLICITE


 
Politique

Dialogue national : les questions fondamentales à exclure du débat selon le RND

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le nouveau secrétaire général du RND dévoilera, demain mercredi, l’initiative de son parti intitulée: la transition républicaine. Selon nos informations, le texte revient notamment sur le dialogue national et le panel dirigé par Karim Younes.

Le RND appellera l’instance à se comporter « positivement » avec toutes les composantes de la société et ses représentations politiques. Il demandera aussi au panel de « favoriser la participation de tous les partis politiques sans exclusion loin de toute exclusion et surenchères populistes ».

Lire aussi : Transition républicaine : les principaux axes de la nouvelle initiative du RND

Pour lui, cette instance ne doit pas être partie prenante au dialogue. Elle doit constituer un « outil pour sa conduite et pour sa direction ». Selon le RND, elle devrait « s’interdire de poser des conditions préalables et de dicter des exigences qui ne s’accordent pas avec sa nature ».

L’instance doit, selon la vision du parti, afficher une « entière neutralité avec les parties concernées ».

Le RND estime qu’il « impératif » que le panel travaille à convaincre l’ensemble des parties concernées à participer au dialogue national. Mais il qualifie néanmoins « d’inadmissible » de « supplier les personnalités nationales disposant d’un grand poids politique, social et médiatique à participer au dialogue ».

Dans son initiative, le RND suggère certaines questions fondamentales à exclure du débat. Il s’agit notamment de la constitution qui « demeure le référant arbitral », de la « justice, comme pouvoir indépendant »et de « l’institution de l’Armée nationale populaire, comme garante de la Constitution, de la défense de la paix et de la stabilité du pays et d’accompagnement des nouvelles évolutions ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *