Category:

1

Karim Tabbou : la « prison est une usine qui transforme la colère en énergie politique » (vidéo)

juillet 6th, 2020 by

Karim Tabbou est revenu, dans la soirée de ce lundi 6 juillet, sur sa détention durant plus de neuf mois avant de bénéficier de la liberté provisoire jeudi 2 juillet. « La prison est une usine qui transforme la colère en énergie politique (…). Ils pensent qu’en mettant les gens en prison, ils vont les pousser à abandonner. Ils se trompent », affirme-t-il dans un entretien exclusif accordé à  Berbère TV.

Lire aussi : Liberté provisoire pour Karim Tabbou

Le porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS) rappelle qu’il n’a pas bénéficié d’une grâce présidentielle est actuellement « en liberté provisoire en attendant le retour de son affaire de la cour suprême » et son deuxième procès prévu en septembre prochain. « Les praticiens du droit savent que ce qui s’est passé avec Karim Tabbou n’a rien à avoir avec le droit », a-t-il dit.

Pour lui, « personne ne peut faire reculer les Algériens devant un besoin ». « C’est une nécessité historique que de changer de démarche et d’aller vers un véritable processus politique pour permettre aux Algériens d’aller de l’avant », a-t-il affirmé.

2

Affaire du journaliste Khaled Drareni : le dossier renvoyé au tribunal correctionnel

juillet 6th, 2020 by

Le dossier du journaliste Khaled Drareni a été renvoyé, ce lundi 6 juillet, au tribunal correctionnel de Sidi M’hamed, selon son avocat, Me Abdelghani Badi. Le parquet devrait fixer la date du procès dans les vingt prochains jours.

Khaled Drareni a été arrêté, le 7 mars dernier, alors qu’il couvrait une manifestation à Alger. Deux militants, Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche, ont été arrêtés le jour même. Les trois sont actuellement poursuivis pour « incitation à attroupement non-armé » et « atteinte à l’unité nationale ».

Lire aussi : Le journaliste Khaled Drareni maintenu en détention, son avocat s’interroge

Jeudi dernier, le journaliste Khaled Drareni a été maintenu en détention alors que les deux activistes ont été remis en liberté provisoire. Pour son collectif de défense, la décision a suscité de l’étonnement et des interrogations. « Nous sommes étonnés de le voir maintenu en prison ! Le dossier est le même. Les faits aussi », avait indiqué Me Abdelghani Badi, son avocat, à l-info.com.

3

Le général à la retraite Hocine Benhadid réhabilité

juillet 6th, 2020 by

Hier dimanche 5 juillet, le général à la retraite Hocine Benhadid a pris part à une cérémonie d’échange de vœux en l’honneur de hauts cadres de l’Armée nationale populaire, en activité ou à la retraite et de hauts responsables de l’Etat organisée au Cercle national de l’Armée à Béni Messous à l’occasion des festivités commémorant le 58ème anniversaire de la fête de l’Indépendance et du recouvrement de la souveraineté nationale.

La cérémonie en question a été présidée par le chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée, Saïd Chanegriha au nom du président de la République. Plusieurs responsables étaient présents dont le président du Conseil de la Nation par intérim, le président de l’Assemblée populaire nationale, le Président du Conseil Constitutionnel et le Premier Ministre, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Lire aussi : Le général à la retraite Hocine Benhadid remis en liberté provisoire

La présence de Hocine Benhadid au cercle militaire pour ces festivités est une véritable réhabilitation pour ce général à la retraite dont le conflit avec l’ancien vice-ministre de la Défense lui a valu plusieurs mois de détention.  Arrêté en mai 2019, le général à la retraite Hocine Benhadid a passé plusieurs mois en détention provisoire malgré son état de santé critique. Il a été remis en liberté en janvier dernier avec plusieurs autres détenus d’opinion.

Hocine Benhadid a été placé sous mandat de dépôt une première fois, en 2015, et poursuivi pour « entreprise de démoralisation de l’armée » suite à des déclarations faites sur Radio M sur le général Ahmed Gaïd Salah. Affaibli par la maladie, il a été libéré en juillet 2016. En mars 2018, le général à la retraite Hocine Benhadid a été finalement condamné à une année de prison avec sursis et 20.000 dinars d’amende.

4

Décès du commandant de la 4e région militaire

juillet 5th, 2020 by

 Le Commandant de la 4e région militaire, à Ouargla, le Général-Major Hassen Alaimia est décédé, tôt dimanche à l’Hôpital Central de l’Armée « Mohamed Seghir Nekkache » suite à une longue maladie, rapporte l’agence de presse APS qui cite le ministère de la Défense nationale.

En cette douloureuse circonstance, Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale, présente ses sincères condoléances et sa profonde compassion à la famille du défunt et à tout le personnel de l’Armée Nationale Populaire, priant Allah le Tout-Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en son vaste paradis.

Pour sa part, le Général de Corps d’Armée, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire, Saïd Chanegriha, présente toutes ses condoléances à la famille et proches du défunt, et à tous ceux l’ayant connu, priant Allah Le Miséricordieux de prêter à sa famille et proches patience et courage en cette dure épreuve ».

 

5

Les restes mortuaires de 24 chefs de la résistance populaire inhumés au carré des martyrs

juillet 5th, 2020 by

Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire, rapatriés vendredi à Alger à bord d’un avion militaire des Forces armées en provenance de France, ont été inhumés dimanche en fin de matinée au Carré des martyrs du cimetière d’El-Alia, rapporte l’agence de presse APS.

L’enterrement s’est déroulé en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de hauts responsables de l’Etat et de l’Armée, et des membres du gouvernement.

Lors d’une oraison funèbre, le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni, a rendu un vibrant au combat libérateur de ces premiers résistants à la colonisation française dont les restes, des crânes pour la plupart, ont été séquestrés plus d’un siècle et demi dans un musée parisien.

Lire aussi : Crânes des résistants algériens : à qui nous devons la restitution?

Le ministre des Moudjahidine s’est félicité à l’occasion de l’aboutissement d’un long processus de rapatriement de ces valeureux résistants à la soldatesque française durant le 19e siècle.

Peu auparavant, un ultime hommage a été rendu au palais de la Culture à Alger à ces résistants par le président Tebboune.

La veille, un hommage public a été rendu, la journée durant, sur le même lieu, par de nombreux citoyens, venus de plusieurs wilayas du pays se recueillir sur la mémoire de ces valeureux combattants, parmi lesquels  Cheikh Bouziane, Chérif Boubaghla, Moussa El-Derkaoui, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et Mohamed Ben-Allel Ben Embarek.

6

VIDÉO. Revoir l’interview accordée par Abdelmadjid Tebboune à France 24

juillet 4th, 2020 by

Le président Abdelmadjid Tebboune a accordé une interview à la chaîne française, France 24 qui a été diffusée dans la soirée de ce samedi 4 juillet.

Lire aussi : Tebboune sur la libération des détenus d’opinion : « nous allons vers un climat beaucoup plus apaisé »

7

Mohcine Belabbas : « seul le débat adulte et loyal permet de dégager un compromis démocratique »

juillet 4th, 2020 by

Les Algériens doivent « continuer d’agir dans la lucidité et avec intelligence pour mettre un terme à près de 60 ans de violations de la loi et des droits humains, de confiscation de la richesse nationale, d’absence de légitimité populaire et de spoliation de la souveraineté du peuple », estime Mohcine Belabbas dans un texte publié à la veille de ce 58e anniversaire de l’indépendance nationale.

« Les Algériennes et les Algériens avec leurs différences peuvent se rencontrer, échanger et débattre dans la sérénité pour faire sortir leur pays de l’impasse dans laquelle l’a menée un système autoritaire, injuste, irresponsable, corrompu et incapable de s’amender. Laisser le pays otage d’un tel système c’est se rendre complice d’un chaos inéluctable. C’est le message d’espoir et de tolérance que la mobilisation solidaire a délivré depuis février 2019″, écrit-il.

Lire aussi : Mohcine Belabbas dénonce des « menaces explicites de dissolution du RCD »

« Quels que soient nos programmes politiques, quelles que soient nos convictions, seul le débat adulte et loyal permet de dégager un compromis démocratique sur les règles qui nous garantiront de nous exprimer librement, de nous organiser librement et de manifester librement », a ajouté le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

Pour lui, il « s’agit de définir et rendre inviolable des règles démocratiques pour l’exercice de la compétition politique, de l’accès et de l’alternance au pouvoir dans l’objectif d’un vivre ensemble dans le progrès et l’édification d’un Etat de droit démocratique garantissant l’égalité devant la loi entre tous les citoyens indépendamment de leur langue maternelle, de leurs croyances, de la couleur de leur peau ou de la nature de leur sexe ».

« Ainsi nous pourrons nous réapproprier notre passé historique dans son intégralité et instruire notre mémoire nationale collective par des enseignements nécessaires pour mieux appréhender l’avenir », a-t-il conclu

8

Tebboune accorde la grâce présidentielle à 4700 détenus

juillet 4th, 2020 by

Abdelmadjid Tebboune a signé un décret accordant la grâce présidentielle à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance accordant la grâce présidentielle qui concerne 4700 détenus, a annoncé la télévision nationale. Seuls les détenus condamnés définitivement vont en bénéficier.

« A l’occasion du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse, et en consécration des traditions de tolérance ancrées chez notre vaillant peuple et tirées des valeurs de notre religion, le Président de la République, Abdelmajid Tebboune a signé, conformément à la Constitution et aux dispositions du Code pénal modifié et complété et après avis consultatif du Conseil supérieur de magistrature, un décret portant les mesures suivantes:

Une grâce totale de la peine au profit des individus détenus et non détenus définitivement condamnés dont il ne reste de leur peine que six (6) mois ou moins à purger.

Une réduction partielle de six (06) mois de la peine si le restant à purger est supérieur à 06 mois ou égale ou inférieur à 20 ans.

La réduction totale et partielle de la peine est portée à douze (12) mois pour les détenus, condamnés définitivement, dont l’âge est égal ou dépasse soixante-cinq (65) ans à la date de la signature du décret.

« Sont exclus de ces mesures, les individus détenus concernés par l’application des dispositions de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, les individus condamnés dans des affaires de crimes terroristes, trahison, espionnage, massacre, trafic de drogues, fuite, parricide, empoisonnement, les crimes de dilapidation volontaire et de détournement de deniers publics, corruption, l’octroi de privilège dans les marchés, l’abus de fonction, le trafic d’influence, le blanchiment d’argent, falsification de la monnaie et contrebande », a ajouté la même source.

Il s’agit aussi des crimes de « trafic ou de tentative de trafic de drogue, et des crimes d’attentat à la pudeur sur mineurs avec viol, ainsi que les infractions à la législation et à la réglementation de changes et des mouvements des capitaux ».

« Les mesures de grâce présidentielle ne sont pas applicables sur les personnes condamnées par des juridictions militaires, les individus condamnés à des peines de travail d’intérêt général, les individus détenus pour violation des engagements relatifs à l’application de cette peine, et des personnes bénéficiaires du placement sous surveillance électronique », a précisé le communiqué.

« Les mesures de grâce décidées aujourd’hui par le Président de la République aboutiront à la libération immédiate de près de 4700 détenus », a conclu le communiqué.

9

Coronavirus: Tebboune n’exclut pas un durcissement du confinement

juillet 4th, 2020 by

Abdelmadjid Tebboune, n’a pas exclu, ce samedi 4 juillet, un durcissement du confinement, si le comité scientifique chargé du suivi de l’évolution du coronavirus en Algérie le recommanderait. « Nous exécutons les recommandations de la Commission scientifique. Si elle voit qu’il est impératif d’aller vers un confinement partiel, dans quelques villes ou quartiers, on le fera », a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne française France 24.

Lire aussi : Tebboune accorde une interview à France 24

Le Président Tebboune a ajouté qu’il « s’attendait un peu à la progression » des cas de contamination, souhaitant que « cela s’arrête et que les mesures prises par la commission scientifique soient respectées par les citoyens ».

« Parfois, les traditions ont pris le pas sur les recommandations de la Commission scientifique. Nous avons constaté que la progression, qui paraît à la limite acceptable, est due beaucoup plus à des contacts familiaux, mariages, circoncisions et autres… », a-t-il déploré, avant de souligner « avoir lancé un appel et demandé à tous les responsables locaux et autres afin d’interdire ce genre de regroupements dans des endroits clos ».

Il a, en outre, regretté que « parfois quelques jeunes ne croient pas au Covid-19 tant qu’ils ne l’ont pas vu de leurs propres yeux et pensent que c’est un spectre qu’on utilise pour essayer de les empêcher de s’exprimer », relevant, toutefois, que « cela commence à changer ».

Lire aussi : Tebboune sur la libération des détenus d’opinion : « nous allons vers un climat beaucoup plus apaisé »

« Faut-il ouvrir partiellement ou pas les frontières, l’environnement géographique a opté pour le déconfinement total bien que les chiffres des contaminations et des décès soient élevés. Nous allons en fonction de nos capacités et de notre crainte de voir les chiffres s’élever encore plus », a, par ailleurs, rétorqué le Président de la République, s’agissant de la question de réouverture ou pas des frontières.

Tout en rappelant que 32 vols quotidiens relient l’Algérie et la France, il a tenu à préciser que « toute personne qui entre en Algérie, est soumise durant 14 jours à un confinement total », rappelant qu’entre 40 et 50 Algériens rapatriés de l’étranger ont été déclarés positifs après avoir été soumis à cette mesure.

10

Restitution des crânes des résistants algériens : Djerad le rôle de deux chercheurs

juillet 4th, 2020 by

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a salué samedi le rôle des chercheurs Ali Farid Belkadi et Brahim Sennouci dans le processus de rapatriement des restes mortuaires de résistants algériens à la colonisation française, restés séquestrés plus d’un siècle et demi dans un musée parisien, rapporte l’agence de presse APS.

Lire aussi : Crânes des résistants algériens : à qui nous devons la restitution?

« Je tiens à rendre un hommage appuyé à monsieur Ali Farid Belkadi, historien et anthropologue, pour avoir découvert l’existence des crânes des martyrs, au cours de ses recherches au Musée de l’Homme de Paris », a tweeté le Premier ministre.

Et M. Djerad d’enchaîner avec un hommage « appuyé » à M. Brahim Sennouci, pour sa pétition sur internet qui a « contribué à faire connaitre les génocides perpétrés par la France coloniale durant 132 ans en Algérie ».