fbpx


PUBLICITE


 
Politique

Affaire des allégations d’abus sexuel sur un mineur : de lourds chefs d’inculpation contre Mohamed Tadjadit


Warning: Use of undefined constant gSendtofriend - assumed 'gSendtofriend' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/linfoc74/public_html/wp-content/themes/info_theme/single.php on line 65

Justice

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Google Actualités. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant ici.

Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed a placé, ce jeudi 8 avril, les militants Mohamed Tadjadit et Malik Riahi, sous mandat de dépôt. C’est ce qu’a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). D’autres activistes sont entendus par le magistrat dans le cadre de la même affaire. 

Celle-ci concerne les allégations d’abus sexuel sur un mineur de 15 ans. Les chefs d’inculpation sont lourds. Mohamed Tadjadit est poursuivi notamment pour « constitution et direction d’association de malfaiteurs » et « de propagation de fausses informations dans le but de porter atteinte à la sécurité et l’ordre publics ».

Il est également accusé « d’incitation d’un mineur à la débauche » et de « détention et consommation de drogue ».  « Ce n’est qu’à 11H30 que nous avons appris qu’ils ont été présentés le matin, sans la présence de leurs avocats », écrit l’avocate Me Yamina Alili sur Facebook.

Lire aussi : Affaire Saïd Chetouane : la police annonce l’ouverture d’une enquête

Une vidéo

Mohamed Tadjadit et Malik Riahi ont été arrêtés, dimanche, alors qu’ils se trouvaient dans un appartement à Baïnam, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Soheïb Debaghi, son frère Tarik et Noureddine Khimoud ont été interpellés dans une voiture à Batna. 

Ces arrestations sont intervenues au lendemain de la diffusion d’une vidéo par Mohamed Tadjadit et Soheïb Debaghi. Celle-ci montrait un mineur en pleurs à sa sortie du commissariat. Elle montrait aussi l’un des deux activistes affirmant que l’enfant a été violé lors de son interpellation. 

Lire aussi : Accusation d’abus sexuel : l’Arav condamne « l’exploitation immorale » des enfants via les réseaux sociaux

Ce qu’a dit le procureur

Le procureur général près la cour d’Alger a réagi lundi lors d’un point de presse. « Le mineur a déclaré que des personnes qu’il connaissait l’ont emmené à Alger le jour de la manifestation », avait indiqué le procureur général.

« Selon lui, il a été poussé par derrière avec un appareil avant son transfert au commissariat. C’est la seule violence qu’il a relatée », avait-il assuré. Deux médecins légistes ont examiné l’adolescent, selon le magistrat.

« Le rapport indique ceci : la victime ne rapporte pas la notion d’un acte contre-nature. La victime refuse l’examen des organes génitaux externes à ce jour », avait-il précisé. Selon lui, le père de l’adolescent a assuré qu’il « qu’il comptait déposer plainte contre toute personne ayant exploité son fils mineur ». 

Lire aussi : Accusation d’abus sexuel sur un mineur : le procureur fait le point sur l’enquête

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités