PUBLICITE


 
Politique

Affaire de Karim Tabbou : la réaction du parquet général près la cour d’Alger

Si vous trouver cet article intéressant, envoyez le à votre ami !

Le parquet général près la cour d’Alger est revenu, ce mercredi 25 mars, sur le déroulement du procès en appel de Karim Tabbou hier mardi. Dans son communiqué, le procureur général précise que la décision de condamnation du magistrat était basée sur le deuxième paragraphe de l’article 347 qui « considère que le prévenu est présent s’il refuse de répondre ».

Le procureur général  précise avoir programmé le procès en appel pour le 24 mars après avoir reçu le dossier relatif à l’appel introduit par le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed du verdict rendu le 11 mars condamnant Karim Tabbou à une année de prison dont six mois ferme.

Lire aussi : Karim Tabbou condamné en appel à une année de prison ferme par la cour d’Alger

« Conformément à l’article 344 du code de procédure pénale, l’accusé a été sorti le 24 mars de l’établissement pénitentiaire de Koléa et conduit à la cour d’Alger pour le procès », détaille la même source. Selon le communiqué, Karim Tabbou a refusé de répondre aux questions du juge et lui a demandé le « report du procès pour que sa défense puisse venir et parce que son état de santé ne lui permettait pas ».

« Pour s’assurer de l’état de santé de l’accusé, le président de l’audience a ordonné son auscultation par un médecin. Il a été donc conduit  à l’infirmerie de la cour », précise le procureur. « Après avoir attendu pendant une heure, la cour a été décidé de poursuivre le procès puisque les avocats étaient présents. Sauf que l’accusé et ses avocats ont maintenu leur demande de report qui a été rejetée par les magistrats de la chambre pénale car injustifiée », poursuit-il.

Lire aussi : Affaire de Karim Tabbou : le barreau d’Alger annonce la « suspension de coordination avec l’ensemble des institutions juridiques et administratives »

Le procureur indique que « l’affaire était prête à être jugée et l’accusé était présent même s’il a refusé de répondre aux questions du juge ». « Après le réquisitoire du parquet général, Monsieur le président de la chambre a donné la parole aux avocats de l’accusé selon la loi. Sauf que ces derniers ont refusé de plaider et ont maintenu leur demande relative au report », assure-t-il.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités