« Construire un nouveau système veut dire changer de Constitution (…). Il faut aller vers un nouveau système politique qui doit venir à travers un changement de la Constitution », a déclaré Mohcine Belabbas lors de la conférence de presse des forces de l’alternative démocratique.

« Notre objectif au sein du pacte n’est pas de dissoudre nos différences. L’objectif est de créer le débat et de rapprocher nos points de vue pour agir de façon solidaire et peser dans la définition du système politique vers lequel on devrait aller », a ajouté le président du RCD.

Pour lui, les Algériens n’ont « jamais osé débattre en profondeur sur ce que nous voulons ».

Le panel chargé du dialogue et de la médiation a fait, ce samedi 31 août, le bilan des consultations entamées depuis son installation. « L’instance a rencontré un nombre important de représentants de la société politique et de la société civile », indique Said Mokadem, membre de l’instance, qui évoque  » plus de 300 associations ».

Selon lui, le nombre de participants aux réunions de dialogue à travers les wilayas organisées par des personnes et des groupes par leur propre initiative dépasse les 3000″.

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, et suite à une opération de recherche et de ratissage menée à Ain Defla/1°RM, un détachement de l’Armée Nationale Populaire à découvert et détruit le 30 août 2019, un (01) lance Roquette de confection artisanale et (08) Bombes de confection artisanale.

Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l’ANP et des Gardes-frontière ont saisi, à Bordj Badji Mokhtar /6°RM, un (01) camion, un (01) véhicule tout terrain, (4800) litres de carburant et (22) sacs de mélange de pierres et d’or brut.

Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, des Garde-côtes et les éléments de la Gendarmerie Nationale ont déjoué, à Skikda/5°RM et Cherchell/1°RM, des tentatives d’émigration clandestine de (22) personnes à bord d’embarcations de construction artisanale, alors que (23) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à Tlemcen, Mostaganem, Ouargla et Ghardaïa.

Plusieurs personnes ont été interpellées, ce samedi 31 août, lors d’un rassemblement devant la prison d’El Harrach à Alger dont des militants du Rassemblement action-jeunesse (RAJ), selon un communiqué de l’organisation. « Ce samedi, un rassemblement des familles de détenu.es d’opinion, des militants et des activistes devant la prison d’El Harrach pour exiger la libération des détenus.es d’opinion a été empêché par les services de sécurité et de nombreuses personnes ont été interpellées dont des militants du RAJ parmi lesquelles Saïda Deffeur, Karim Boutata, Aissous Sofiane, Henna Larbi, Aissous Massinissa, et Bouider Hmimi », écrit-elle.

« Pour la 28éme semaine, le mouvement populaire a enregistré une grande mobilisation pacifique à travers le territoire national, notamment à Alger. Malgré le caractère pacifique des manifestations, plusieurs interpellations des manifestants (es) ont été opérées et parmi lesquelles la militante du RAJ, Malek Sabrina, pour port de l’emblème amazigh. Malek Sabrina est convoquée pour le lundi 02 septembre et devrait être présentée devant le procureur de la république du tribunal de Sidi M’Hamed », ajoute RAJ qui « exprime son inquiétude et sa préoccupation face à cette escalade dans la répression et cette propension et volonté du pouvoir réel à étouffer toute voix discordante ».

Dans son communiqué, l’organisation « dénonce avec force ces interpellations injustifiées et qui constituent une atteinte flagrante aux libertés individuelles et collectives, aux droits de manifestation et de rassemblement des algérien.es » et « exige la libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées et de tous les détenus d’opinion ». « Le RAJ appelle à la vigilance, à la solidarité et à la mobilisation de tous les acteurs, activistes et toutes les forces vives de la société pour défendre nos droits à la libre expression et pour préserver les espaces publics réappropriés au prix de lourds sacrifices », conclut-il.

 

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères est revenu sur la situation en Algérie. « Le seul souhait de la France, compte tenu des liens profonds qui nous rattachent à ce pays, c’est que les Algériens trouvent ensemble les chemins d’une transition démocratique », a déclaré Jean-Yves Le Drian dans une intervention de clôture de la conférence des ambassadeurs français à Paris.

« Je l’ai dit à mon homologue algérien en marge du sommet des deux rives, nous sommes confiants dans l’esprit de responsabilité, de civisme, de dignité, qui prévaut depuis le début des manifestations et nous sommes attentifs à ce que cet esprit puisse continuer de s’exprimer pacifiquement dans le respect de la liberté d’expression et de manifestation », a-t-il affirmé.

Pour lui, la « solution », c’est le « dialogue démocratique et dans ce moment historique, nous continuerons de nous tenir aux côté de l’Algérie et des Algériens dans le respect et l’amitié qui président à nos relations ».

« Daoula madania machi aaskariya (Etat civil et non militaire) », « Echaâb yourid marhala intikalia (Le peuple veut une période de transition) », « koulna yetnawou gaa (on a dit qu’ils partieront tous) », scandent les manifestants au centre-ville d’Alger.

Ils sont des centaines de personnes à participer, dans la matinée de ce vendredi 30 août, à la 28e manifestation hebdomadaire au sein de la capitale. Ils devraient être encore plus nombreux après la fin de la grande prière du vendredi.

C’est la dernière manifestation hebdomadaire qui aura lieu durant le mois d’août. De nombreux observateurs s’attendent à un retour de la mobilisation au début du mois de septembre.

Belkacem Zeghmati est revenu, ce jeudi 29 août, sur les réseaux criminels qui tentent « avec le temps » de s’accaparer de la « décision administrative » et qui « ambitionnent même » de « s’accaparer également de la décision politique ». « L’expérience a prouvé le lien entre les réseaux criminels qui sont derrière ces crimes dangereux de façon à échanger leurs expériences pour concrétiser leur principal objectif », indique le ministre de la Justice.

S’exprimant lors de l’installation du président de la cour de Ouargla, il rappelle que le principal objectif de ces réseaux criminels « est d’obtenir d’importants capitaux et de les investir dans l’économie légale pour en bénéficier et les éloigner du contrôle ». « La corruption constitue l’un des facteurs du développement du phénomène de contrebande et celui du trafic de drogue et sa consommation ainsi que d’autres crimes », souligne-t-il.

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, des détachements de l’Armée Nationale Populaire ont découvert et détruit, le 28 août 2019 lors d’opérations distinctes de fouille et de ratissage menées à Médéa, Aïn Defla/1ère RM et Sidi Belabbès/2eRM, quatre (04) bombes de confection artisanale et quatre (04) casemates pour groupes terroristes contenant divers objets.

Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’ANP appuyés par des éléments de la Gendarmerie Nationale a appréhendé, à Sidi Belabbès, deux (02) narcotrafiquants et saisi (19) kilogrammes de kif traité, tandis que deux (02) autres narcotrafiquants en leur possession (28,650) kilogrammes de la même substance ont été intercepté lors de deux opérations distinctes à Ghardaïa/4eRM et Béchar/3eRM.

D’autre part, un détachement de l’ANP a arrêté, à Bordj Badji Mokhtar/6eRM, sept (07) individus et saisi un camion, un véhicule tout-terrain, (203) sacs de mélange de pierres et d’or brut outre des équipements d’orpaillage, alors que des éléments de la Gendarmerie Nationale ont arrêté, à Biskra/4eRM, deux (02) contrebandiers et saisi (9000) unités de différentes boissons et (340) kilogrammes de tabac. Aussi, (30) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à Laghouat, Mascara et Béchar.

Abdelmalek Sellal sera entendu, ce jeudi 29 août, par le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger. L’ancien Premier ministre est convoqué avec cinq walis dans le cadre de l’octroi de terrains de manière illégale, selon El Bilad.

Abdelmalek Sellal a été placé sous mandat de dépôt le 13 juin dernier. Il est poursuivi dans plusieurs affaires dans le cadre des enquêtes menées contre la corruption.

Lire aussi : Sellal incarcéré à la prison d’El Harrach

Lire aussi : Abdelmalek Sellal entendu dans le cadre de l’affaire Mazouz

Des dizaines de personnes se sont déplacées à la place Saïd Mekbel à Béjaïa pour prendre part, ce mercredi 28 août, au rassemblement organisé par le Rassemblement action-jeunesse (RAJ) pour dénoncer le refus de la wilaya de Béjaia d’accorder à l’association une autorisation pour la tenue de son université d’été. Plusieurs acteurs de la société civile et de la classe politique ont pris la parole durant la manifestation.